Les CFL disent adieu aux escaliers à pas d'âne dans les souterrains et les remplacent par des plans inclinés. Bien entendu, les ascenseurs restent disponibles.

La première réalisation est maintenant utilisable à l'arrêt d'Obercorn.

Pour rappel, l'accès au souterrain des arrêts CFL pour passer d'un quai à un autre peut généralement se faire par des ascenseurs, des escaliers et des escaliers à pas d'âne. Des voyageurs à mobilité réduite ont fait remarquer qu'en cas de panne d'un ascenseur, il ne leur était plus possible d'accéder au quai ou en cas d'arrivée par train de sortir de l'arrêt. Des personnes et associations concernées ont été conviées par les CFL pour discuter d'une solution à ce problème. La solution évidente était de remplacer les escaliers à pas d'âne par des plans inclinés.

Sur avis de l'ADAPTH, ces plans inclinés ne dépassent pas un pourcentage de pente de 12% et un palier doit être prévu tous les 10m. Pour rappel, la législation sur l'accessibilité n'autorise pas des pentes supérieures à 6% et des paliers doivent être prévus tous les 6m. Dans ce cas-ci, ces critères ne peuvent pas être respectés puisque cela demanderait des plans inclinés d'une longueur de 80m. Cet espace n'est souvent pas disponible dans des arrêts existants et le coût serait disproportionné, d'autant plus que les ascenseurs restent obligatoires et garantissent une accessibilité optimale. Une pente de 12% reste encore utilisable dans des conditions de sécurité acceptables. Toutefois, emprunter une pente de 12% sur une distance de près de 40m en fauteuil roulant demande un effort considérable que tous ne peuvent pas soutenir. C'est donc clairement une solution de secours en cas de panne d'un ascenseur.

 Photo du plan incliné à l'arrêt de Obercorn

 

Photo: Escalier a pas ane à l'arrêt de Dudelange-UsinesCi-contre un exemple d'escalier à pas d'âne réalisé à l'arrêt Dudelange-Usines.